Sécurité renforcée à la Maison-Blanche après l’intrusion d’Omar Jose Gonzalez

Le Secret Service, en charge de la sécurité de la Maison Blanche à Washington, a renforcé ses mesures de sécurité après l’intrusion de Omar Jose Gonzalez, 42 ans et originaire du Texas, sur le domaine de la résidence présidentielle et dans l’enceinte même de la Maison Blanche. M. Gonzalez avait escaladé la clôture entourant les jardins de la Maison-Blanche vendredi, et a été arrêté quelques mètres à l’intérieur du bâtiment par des agents du Secret Service.

Il était armé d’un petit couteau repliant. Une partie de la Maison-Blanche a été évacuée, mais le Président et sa famille avaient quitté la Maison-Blanche en hélicoptère quelques minutes avant l’incident, pour se rendre à Camp David.

Barack Obama, en marge d’une réunion avec l’ancien Secrétaire d’Etat Colin Powell, a déclaré lundi que le Secret Service faisait un « très bon travail, » et qu’il était reconnaissant du travail et de la protection que l’agence fournit. « Je suis reconnaissant des sacrifices qu’ils font pour moi et pour ma famille, » a-t-il déclaré.

« Garantir la sécurité à la Maison-Blanche est compliqué, » a déclaré Josh Earnest, porte-parole du Président, lundi à Washington. M. Earnest a indiqué que M. Obama était « inquiet » en raison de l’incident, mais qu’il continuait à avoir « complète confiance » dans le Secret Service.

Le Secret Service, fondé en 1865 et en charge de la protection du Président, mène actuellement une enquête dans la sécurité du bâtiment et dans l’incident lui-même. Les patrouilles ont été renforcées dès vendredi soir.

Dans un communiqué, l’agence a exprimé que « l’endroit où M. Gonzalez a été arrêté est inacceptable. » En effet, des personnes escaladent régulièrement la clôture de la Maison Blanche, mais ne parvient que très rarement à entrer le bâtiment.

Selon le Washington Post, les mesures de sécurité envisagées pourraient inclure un cordon de sécurité étendu, bloquant l’accès à la clôture entourant la résidence présidentielle aux touristes. Les portes d’accès au bâtiment seront désormais fermés à clef si celles-ci ne sont pas utilisés.

La Maison-Blanche est une des destinations les plus visitées des États-Unis. L’espace se trouvant en face du siège de l’administration américaine, Lafayette Park, est connu pour être un espace de liberté d’expression, rendant la tâche du Secret Service très délicate.

Un juge a ordonné lundi 22 septembre le maintien en détention de M. Gonzales jusqu’à l’audience le mois prochain. Le parquet avait soulevé qu’il pouvait être un danger pour le Président. Lors de son arrestation, le Texan avait, dans sa voiture, une grande quantité de munitions, une machette et deux petites haches.

Daniel Bongino, ancien agent du Secret Service s’exprimant sur CNN, a déclaré qu’il s’agissait clairement d’une défaillance du Secret Service.

M. Gonzales est vétéran de la guerre en Iraq et souffrirait d’un trouble de stress post-traumatique, avait indiqué sa famille via l’agence Associated Press (AP).

En juillet, la police de l’état de Virginie a arrêté M. Gonzales après une poursuite en voiture, et trouvé plusieurs armes semi-automatiques ainsi qu’un plan de Washington avec des annotations et une ligne manuscrite menant à la Maison Blanche.

L’homme avait déjà été interpellé fin aout à devant la Maison-Blanche, car les agents avaient remarqué qu’il portait une petite hache à sa ceinture. Après avoir fouillé sa voiture sans y trouver d’armes, les agents du Secret Service n’ont pas arrêté M. Gonzales, rapporte le New York Times.

Publié le 23 Septembre 2014 dans Ijsberg Magazine.